QUE DU BONHEUR EN DOUBLANT LE CAP VERT !

A peine ralentis par la fameuse ‘chicane’ à faire dans la zone de vents faibles et qui est désormais derrière eux, Armel Tripon et Vincent Barnaud ont repris leur belle cavalcade vers le sud. Ils sont désormais bien installés à la troisième place de cette Transat Jacques Vabre.  Le Pot au noir est pour demain lundi et tout va très bien à bord, comme le raconte Vincent Barnaud, joint ce dimanche 12 novembre en début d’après-midi.

 

 « Le marin est un peu amnésique », plaisante Vincent Barnaud. « Ce que je veux dire c’est qu’on a déjà oublié la dureté des conditions des cinq premiers jours de course. Depuis 48 heures, on a droit aux plaisirs de la bonne glisse, dans 20 nœuds de vent et une mer bien rangée, avec le bateau qui file sans trop d’efforts. L’histoire n’a plus rien à voir… ça change tout ! » Un peu moins de 300 milles au grand large de l’archipel du Cap Vert, que RÉAUTÉ CHOCOLAT double déjà ce dimanche après seulement une semaine de course, l’ambiance à bord est devenue radicalement différente, alors qu’on a franchi le cap de la mi-parcours hier, 11 novembre. L’armistice des mauvaises conditions météo est définitif maintenant, le dernier grand obstacle est le Pot au Noir, cette « zone de convergence intertropicale » où s’affrontent les grands systèmes météo des deux hémisphères et qui donne lieu à des alternances de calmes plats et de grains violents. Sa traversée, qui est souvent une épreuve pour les nerfs des marins, devrait commencer demain matin lundi pour RÉAUTÉ CHOCOLAT. « Le pot semble large mais peu actif, on a bon espoir de ne pas trop y être arrêté » explique Vincent.

Bonne ambiance à bord !

L’ambiance à bord de RÉAUTÉ CHOCOLAT est forcément beaucoup plus détendue que pendant les difficiles cinq premiers jours de course. « Nous avons eu droit à deux nuits sublimes, avec de la lune et des étoiles, où on voyait même l’horizon ». Autre plaisir dont on ne se doute pas forcément à terre : « Avec Armel, on fait un peu mieux que se croiser maintenant comme c’était le cas pendant cette première semaine où on avait beaucoup de mal à dormir. On arrive à avoir le temps de discuter entre nous, voire même de faire des vidéos pour vous faire partager un peu ce qu’on vit. » La garde-robe des marins a évolué aussi : « On a enfin quitté nos cirés ! On garde quand même une salopette étanche en bas parce que ça mouille toujours pas mal sur le pont, mais en haut on a pu enlever les couches… et ça aussi c’est bien agréable. » Un autre signe qui ne trompe pas : « je crois que nous avons mangé bien plus ces dernières 48 heures que pendant les cinq jours précédents !» rigole Vincent. « On a pu enfin explorer les sacs de nourriture et se faire de bon petits plats… C’est du lyophilisé, mais du bon lyophilisé ! »

A la lutte avec… des héros du Vendée Globe

Que du bonheur au Cap Vert, donc ! Le seul bémol émis par Vincent Barnaud concerne le manque de concurrence dans les parages. « On n’a pas vraiment de Multi50 à proximité pour jouer avec nous, il y a de l’écart devant et derrière nous (NDR :  RÉAUTÉ CHOCOLAT est toujours 3e, à 160 milles du deuxième Arkema mais maintenant 130 milles devant le 4e, La French Tech Rennes-St Malo et 150 milles devant Ciela Village, qui a d’ailleurs annoncé une escale technique rapide au Cap Vert). Mais RÉAUTÉ CHOCOLAT s’est trouvé un autre lièvre : le leader des IMOCA, à savoir le St Michel Virbac des deux héros du Vendée Globe que sont Jean-Pierre Dick et Yann Eliès. Eux sont assez proches, 25 milles dans l’est de RÉAUTÉ CHOCOLAT. « Avec Armel, on s’est donné pour objectif de finir devant eux à Bahia… mais ce n’est pas facile, ils vont très vite !» explique Vincent.

A 1800 milles (3300 km) de l’arrivée à Salvador de Bahia, ce petit challenge permet aussi de ne pas s’endormir sur ses lauriers et de continuer à aligner les excellentes moyennes : RÉAUTÉ CHOCOLAT a encore couvert 400 milles ces dernières 24 heures. On verra bien ce que donnera la négociation du Pot au noir, dont la traversée pourrait durer moins d’une journée, mais une chose est sûre : jusqu’ici tout va bien : le bateau est à 100%, les marins aussi, vitesse et trajectoires sont propres et la présence de RÉAUTÉ CHOCOLAT sur le podium provisoire a été bien consolidée ces dernières 48 heures. Pourvu que ça dure !

X