VITESSE MAX POUR RÉAUTÉ CHOCOLAT, ARRIVÉE IMMINENTE !

Armel Tripon et Vincent Barnaud sont à fond le long des côtes brésiliennes, avec des surfs à 34 nœuds enregistrés ce midi, à quelques heures de l’arrivée ! Ce sont les dernières heures de course pour le duo de RÉAUTÉ CHOCOLAT à qui la 3e place de la Transat Jacques Vabre est promise d’ici quelques heures, probablement demain matin en heure française.

 

Plaisir et vigilance maximum ce jeudi midi pour Armel Tripon, qui déboule à trente milles des côtes brésiliennes et à moins de 300 milles de l’arrivée à Salvador de Bahia où RÉAUTÉ CHOCOLAT devrait franchir la ligne d’arrivée en fin de nuit prochaine ou demain matin, selon la proportion dans laquelle le vent va mollir sur l’arrivée. Les derniers calculs les voient entre 8h et midi heure française sur la ligne, mais il faut surveiller leur progression sur le site Internet de la course, car les choses peuvent évoluer rapidement dans un sens comme dans l’autre. En attendant, ils foncent.

 

Des surfs à 34 nœuds !

Armel raconte : « Le vent mollit un tout petit peu mais on vient de vivre deux heures énormes ! Vraiment énormes ! Le vent a adonné un peu et au reaching on déboulait à 27/28 nœuds de moyenne, avec des surfs à 32, 33, 34 nœuds ! Vincent est à la bannette et moi l’écoute à la main, prêt à choquer les voiles, sous pilote automatique. En gros je m’entraîne pour la Route du Rhum ! Et je fais attention même si le bateau est très aérien, incroyablement stable calé sur son foil. Là ça se calme un peu mais il y a eu deux heures incroyables. Du pur plaisir ! »

Le skipper de RÉAUTÉ CHOCOLAT profite bien sûr de cette dernière communication en mer avant l’arrivée pour féliciter Lalou Roucayrol et Alex Pella, qui ont remporté brillamment cette Transat Jacques Vabre ce matin, à bord d’Arkema. « Bravo à eux… Et avec la session qu’on vient de faire à haute vitesse dès qu’on a pu ouvrir un peu les voiles, je comprends mieux les moyennes qu’ils ont pu tenir. Les Multi50 sont des machines extraordinaires ! »

Bel enthousiasme et encore quelques heures de vigilance sous un ciel chargé de nuages avant de pouvoir lever les bras vers un super résultat pour la toute première course océanique de RÉAUTÉ CHOCOLAT. Ne pas faire de bêtise, bien anticiper les routes des bateaux que l’on peut croiser, aller vite mais sans prendre de risques… et prendre encore un peu de plaisir, voilà ce qu’il reste à faire pour mettre un point final à cette déjà très belle histoire. Tant que la ligne n’est pas franchie il ne faut jamais jurer de rien disent avec justesse les marins, mais c’est fort bien parti pour un grand bonheur brésilien, dans quelques heures maintenant. A 12h heure française ce midi il restait 290 milles à couvrir et RÉAUTÉ CHOCOLAT filait encore à 25 nœuds !

X